Le chocolat c’est bon, mais comment et pourquoi ?

C’est le jour ou jamais pour tendre l’oreille ! Que pouvait-on espérer de mieux devant nos œufs et cloches de Pâques ? Un médecin cancérologue nous dit « comment se soigner avec le chocolat ». Attention, on ne s’emballe pas trop vite quand même…

Pour une fois qu’un médecin ne nous ordonne pas d’ingérer une cuillère d’huile de foie de morue à jeun dès potron-minet, on lui en saura gré. Pourtant, en ce jour de Pâques, plantés devant nos alléchantes poules chocolatées potentiellement gavées de graisse végétale, dont celle de palme, (ça coûte moins cher que la graisse de cacao?!), il va falloir freiner nos ardeurs car on ne trouvera pas là de carte blanche pour bâfrer, la conscience tranquille.

1. Du noir, sinon rien. D’abord, au risque d’en désespérer certains, il y a chocolat et chocolat. Et le bon, pour le professeur Henri Joyeux, c’est le « noir fortement concentré », « sans lait, sans huile de palme, sans sucre ajouté ». Et ne lui parlez pas de pâte à tartiner?! Il vient de publier, avec son ami maître- chocolatier Jean-Claude Berton, un livre au titre accrocheur : Comment se soigner avec le chocolat(Éditions du Rocher), où il salue les vertus de cette fève que Christophe Colomb, n’ayant pas le nez fin pour tout, a prise pour une crotte de chèvre, laissant à Cortès la gloire de l’introniser à la cour d’Espagne.

Henri Joyeux garde encore « le goût dans la tête » du chocolat au lait qu’il buvait, enfant. « Puis vers 14-15 ans, on avait droit au café au lait, ce qui n’a pas de sens. Je me suis remis au chocolat grâce à Jean-Claude Berton. » Il l’a croisé lors d’une conférence à Namur où le maître-chocolatier lui a tendu un demi-carré de son « omégachoco® », du chocolat bio et artisanal, et l’a converti illico. Depuis, le cancérologue vante cette alliance de l’oméga 3 de la graine de lin concassée (« cet acide gras essentiel, très important pour le cerveau, dont nous manquons cruellement et la fibre favorisant par ratissage l’évacuation digestive ») avec du chocolat bio à 70 %.

2. On ne « croque » pas le chocolat?! Alors, si le chocolat compte, la manière de le déguster, encore plus. Le professeur invite à ne pas écouter les publicitaires qui nous incitent à « croquer » le chocolat. Tout juste bon à nous faire sombrer dans une addiction, guère bénéfique pour notre silhouette. « Si les 100 grammes de la tablette y passent, c’est 500 calories, soit un tiers de la ration calorique quotidienne. Donc modération. » Soupirs de l’assemblée… Précieux conseil : « Laisser fondre le carré de chocolat entre la joue et la gencive pendant trois à cinq minutes. »

3.  On a droit à combien de carrés alors ? « Minimum un carré matin et soir, et maximum deux carrés matin et soir pour les personnes âgées. » Lui prend chaque matin une « grosse cuillerée à soupe de poudre de chocolat noir à 70 % bio dans un grand bol », sucré avec du miel et « deux carrés d’omégachoco® » (p’tit coup de pub au passage) « presque tous les jours après son bon petit café de 13 h 30 » : « Mon palais des saveurs est envahi par le goût et l’odorat : plaisirs?! ».

4.  Au fait, c’est bon pour quoi, le chocolat ? « Le chocolat noir concentré à 70 % contient au moins huit molécules utiles à notre santé. » En bataille : des polyphénols antioxydants agissant contre le vieillissement et pour le bien-être, des euphorisants, de la caféine (plus que dans le café) salutaire de bon matin (« Un bon chocolat, sucré avec du miel, me réveille mieux que le café »), des stimulants de l’activité cérébrale (d’où des migraines si on abuse du chocolat), de l’anandamide qui signifie en sanscrit « béatitude » (tout un programme?!), des antidépresseurs… « Le chocolat est bien meilleur pour les petites déprimes que tous les antidépresseurs qui, en plus, favorisent plus tard Alzheimer ». Ah, et il a aussi des vertus aphrodisiaques. « Marié avec un bon verre de vin bio rouge, c’est la totale », assure-t-il.

Le professeur enchaîne sur la batterie de minéraux que nous prodigue le chocolat : le potassium bon pour le cœur, le phosphore utile aux neurones, du calcium pour nos os, du magnésium précieux pour l’équilibre nerveux et les muscles. Généreux, il livre aussi des oligo-éléments essentiels : du fer contre l’anémie, du cuivre pour les ongles et cheveux, du zinc pour mieux cicatriser, du sélénium lié à la vitamine E et du manganèse pour la peau.

Sûr qu’on ne regardera plus notre poule de Pâques du même œil.

Florence Chédotal

Source : http://www.lamontagne.fr/paris/loisirs/bricolage-maison/2015/04/05/le-chocolat-c-est-bon-mais-comment-et-pourquoi_11392668.html

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *
You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>